Startup Rurale

Une startup dans la France rurale.
Une startup dans la France rurale.

Avec cet article, je voulais vous montrer quelques-une des «coulisses» de l'organisation et de la création de ma petite entreprise, Simitless. Bien sûr, Simitless n'est pas unique à tous égards. Plusieurs entreprises offrent des services similaires. Les plates-formes logicielles «no-code» ou «low-code» se sont considérablement développées ces dernières années. Voici mon parcours pour créer celle que vous connaissez maintenant.


François, un rêveur qui décider de créer Simitless.

Simitless est né d'un rêve. Simitless, c'est une plateforme logicielle, mais c'est aussi une société que j'ai créée. Moi, François, le fondateur, créateur du logiciel, auteur de ces lignes. Simitless, un système de données d'un nouveau genre, utilisant les technologies modernes de l'informatique et du web, pour rendre la manipulation de données simple, intuitive, et humaine.

Un cas spécial

Voici donc un article un peu spécial. Dans cet article, je voulais vous parler directement. Ces mots sont les miens et ont été assemblés pour vous. Je voulais vous parler de l'organisation et de la fondation de ma petite entreprise, Simitless. Bien entendu, Simitless n'est pas unique en tous points. Plusieurs entreprises ont des services similaires. Les outils permettant de créer des applications sur mesure en mode "no-code", c'est-à-dire sans écrire de lignes de code, se sont fortement développés ces dernières années.

Des problèmes

Une des observations personnelles que j'ai pourtant c'est que ces outils sont souvent peu adaptés aux marchés des logiciels grand public. Tout d'abord ils sont souvent extrêmement ciblés pour une catégorie d'utilisateur spécialisés gravitant autour de l'industrie du logiciel (Airtable, Monday.com, ...). Les employés des industries non spécialistes sont souvent bloqués par le manque de documentation et de formation.

Image
Most software is geared towards the software industry

Ensuite, ils présentent principalement une interface exclusivement en anglais. C'est bien sûr un choix compréhensible de la part des créateurs pour optimiser le public visé à moindre coût. Pourtant, avec 95% de la population mondiale n'utilisant pas l'anglais en langue principale, et environ 75% ne le parlant pas du tout, ce choix exclut d'office beaucoup de personnes qui pourraient bénéficier de ces services. La plupart des entreprises connues dans ce domaine ont réalisé des campagnes de financement de plusieurs centaines de milliers de dollars $US. Il serait peut-être raisonnable de présenter, à minima, deux ou trois langues d'interfaces afin de montrer une intention d'internationalisation. Même des petites structures sans financement y sont arrivées.

Enfin, suivant leur positionnement, les prix pratiqués par ces plateformes sont souvent exorbitants ou non pérennes. Les prix exorbitants sont souvent pratiqués dans le cas d'un positionnement sur le marché des logiciels sur mesure (concurrence aux développeurs indépendants et au SSII) - installation à 30 000€, plus formation -. À l'opposé, les prix sont parfois cassés par des entreprises ayant bénéficié de larges campagnes de financement. Dans ce cas, le but est simplement de casser le marché en subventionnant fortement les coûts de l'activité des utilisateurs - 10€/mois en illimité ?! - afin de se positionner en situation de quasi-monopole sur certains marchés pour finalement augmenter les prix payés par des utilisateurs captifs et ainsi générer une plus-value importante pour les investisseurs.

Des choix

Simitless est entièrement construit sur un financement personnel. Moi seul, François, le créateur de la plateforme, a des plumes à perdre dans l'opération. C'est en même temps rassurant et effrayant d'avoir un contrôle total sur sa création. Ceci veut dire, par contre, que les ressources sont limitées et que la responsabilité est totale aussi. J'ai choisi de créer mon entreprise afin de, justement, gagner en indépendance et de pouvoir, libre de toute pression d'investisseur, décider de la direction à prendre et de la meilleure façon de servir mes clients.

Image
Trouver son chemin en Montagne Bourbonnaise (Hêtres tortueux, Pierre-Châtel, Saint-Nicolas-des-Biefs, France)

Un autre élément qui m'a poussé à structurer ce projet de cette façon est mon souhait de ne pas venir grossir les rangs de nouveaux citadins. L'hyper-centralisation des activités dans des pôles urbains peut être très utile au développement économique. Ceci est vrai surtout parce que le système économique est maintenu ainsi pour aucune autre raison que de maximiser le développement financier et la rentabilité des investissements. Pourtant, cette course au développement toujours croissant se fait aux dépens des humains qui doivent alors subir le bruit et tous les autres inconvénients d'une ville en constante densification. Je viens d'un village de l'Allier. La désertification se fait sentir d'année en année. Pourtant, le cadre de vie y est agréable ; les gens y sont accueillants ; la nature y est généreuse. Les logements y sont abordables, L'accès internet marche et le téléphone y fonctionne. Il n'y a aucune raison technique pour qu'une entreprise fournissant ses services par internet ne puisse s'y installer et prospérer.

Aucune raison, sauf l'organisation économique actuelle. Il me semble que malgré tous les efforts faits, le revenu principal de mon coin du monde vient des pensions des retraités qui y sont nés et y sont restés. Je souhaite apporter ma pierre à l'édifice, je souhaite, à mon niveau, permettre à ma région de revivre en y créant une activité économique tournée vers l'extérieur et s'adressant à un maximum d'humains. La centralisation des écosystèmes économiques peut être bénéfique pour créer une émulsion d'idées mais dans la pratique, j'observe que la plupart des produits en résultant cible des publics de cet écosystème qui n'ont que peu de problèmes dans la vie (Brosse à cheveux intelligente, parapluie drone, etc). L'artisan qui vient de reprendre l'entreprise familiale de mon village et doit gérer ses 3 employés de 30 ans d'ancienneté de moyenne n'y aura que peu d'intérêt.

Image
Un artisan a besoins d'outils simples qui fonctionnent tout simplement.

Les entreprises véritablement technologiques restent difficiles à lancer. Je parle bien ici d'entreprise s'appuyant sur une architecture technique créée de toute pièce et offrant un concept novateur. Le temps de mise au point de ces technologies est souvent long et demande de hautes compétences. Bien souvent, les entreprises qui se présentent comme innovantes et lancent un produit rapidement (moins de 3 mois !) en s'appuyant sur de larges campagnes de financement n'ont d'« innovant » que leur positionnement commercial. La technologie qu'ils utilisent n'a rien d'innovant en elle-même.

Les financements restent néanmoins clé pour aller vite et satisfaire le marché. On peut imaginer que plusieurs financements sont disponibles mais la plupart sont assez difficiles à obtenir. Ils sont d’autant plus difficiles à obtenir si on a un accès limité à un financement propre ou à de la « love-money ». Il est souvent requis d’avoir un projet qui rentre dans des cases précises avec des modèles d'affaires (business model) déjà établis. Dans l'absolu, mon expérience suggère qu'il faut donc créer une entreprise qui relève de l'innovation mais qui n'a pas besoin de recherche et développement, perçus comme trop risqués. Les financements publics n'arrivent bien souvent que trop tard et ne financent que des éléments précis qui ne sont pas, de mon avis, essentiels à la création (qualification de la propriété intellectuelle, expert-comptable pour établir un prévisionnel déjà existant car demandé pour le dossier, etc.)

Nous en venons donc à ce que recommandent tous les aidants institutionnels quand ils ne veulent pas se mouiller en débloquant de fonds publics d'aide à la création d'entreprise pour des créateurs sans bagages. «Essayez le "crude-fonding"», m'a-t-on dit plusieurs fois en guise de conclusion. Le financement participatif (crowd-funding) est donc maintenant lancé comme alternative à l'engagement de fonds publics d'aide à la « création ».

Image
Le chat n'approve pas.

D'un point de vue idéologique, lever des fonds peut être perçu comme une cage dorée. Les investisseurs ont un objectif de rentabilité à plus ou moins court terme. À moins de trouver la perle rare :un investisseur militant qui aide à la création d'une entreprise responsable, la stratégie est souvent de pénétrer le marché le plus vite possible et de vendre, vendre, vendre. Cette stratégie amène bien des entrepreneurs à vendre des prestations impossibles ou des produits qui n'existent pas en promettant monts et merveilles à des utilisateurs qui seront immanquablement déçus. (Voir la débâcle de la glacière intelligente...)

Des solutions

Pour Simitless, j'ai choisi un autre chemin que le développement rapide à tout prix et la perte de contrôle. N'ayant pas beaucoup de financements, j'ai choisi de commencer par éliminer toutes les dépenses qu'il était possible d'éliminer. Bien sûr, la plupart de ces économies se font aux dépens de plus de temps passé.

À mon niveau personnel, ne pouvant pas me payer un salaire au démarrage de l'entreprise, j'ai eu la chance de pouvoir me faire héberger par un proche dans une maison inoccupée, en retour de tâches d'entretien. Pour manger, je me suis mis au jardinage, développant ainsi une grande autonomie. Le cadre peut paraître idyllique pour les néo-ruraux et c'était, bien sûr, une chance mais c'est en fait toute une vie qui est mise en pause pour ce projet. Les heures interminables et le déménagement ont fait que nous ne voyons plus nos amis, nous ne rendons plus visite à nos familles autant qu'avant et tout luxe a été banni pendant les 6 ans qu'a pris le projet à se mettre en place.

Image
Urgemment prendre son temps.

Réduire les dépenses de tout bord m'a poussé à apprendre à faire moi-même, à continuellement apprendre à me débrouiller. Du jardinage à la maintenance de ma voiture, de la gestion des serveurs à la traduction de l'interface, des articles de blog à la présence sur les réseaux sociaux, je me suis formé à tout et j'ai touché à tout. Le secret pour arriver à en faire toujours plus, c'est de définir des procédures et quand c'est possible, les automatiser. Il faut réduire l'incertitude dans l'exécution des tâches de tous les jours.

Par exemple, pour Simitless, j'ai choisi de maintenir un contrôle complet sur ses serveurs. Ceux-ci sont loués nus puis installés, vérifiés et surveillés par moi-même, avec l'aide de systèmes automatisés. L'investissement en temps est conséquent (plusieurs semaines initialement puis plusieurs heures par semaine de maintenance), mais le coût est divisé par environ 8 par rapport à la pratique standard pour les startups de louer un espace géré dans le cloud. Le système que j'ai mis en place est modulaire pour réduire la complexité et permet une mise à l'échelle automatique du système. Ceci veut dire que lorsque plus d'utilisateurs se connectent à la plateforme, celle-ci monte en puissance pour servir tout le monde, automatiquement, de manière très flexible et économique.

Image
Un contrôle total.

La flexibilité a vraiment été le maître-mot de la mise en place de cette plateforme. Les systèmes de gestion sont flexibles. La conception du logiciel est flexible. Mes conditions de travail sont flexibles aussi. Le logiciel étant disponible au niveau mondial, il faut servir tous les fuseaux horaires et être disponible pour des réunions à toute heure du jour et de la nuit. Cette flexibilité empiète parfois sur la vie personnelle, mais il y a aussi des avantages. On peut arriver à être présent pour les personnes qui comptent le plus quand ils en ont besoin. En plus de créer le logiciel dont j'ai rêvé depuis plusieurs années, j'ai pu m'organiser dans mes activités avec une grande liberté. Cette liberté m'amène entre autres la possibilité de travailler plus efficacement et donc de gaspiller moins de temps mais aussi moins de ressources. En effet, je n'ai plus de déplacements journaliers pour aller à un bureau distant. L'impact environnemental réduit de mon activité (au niveau des trajets éliminés, mais aussi des serveurs hébergés de manière mutualisée et de l'accès à des outils performant pour les petites structures) et l'accent mis sur la création d'une activité en milieu rural participe plus globalement à l'impact positif de Simitless sur la société et son environnement.

Un des points qui n'est pas encore tranché à ce jour est l'ouverture du code source. Je souhaite que le logiciel que j'ai créé soit accessible au plus grand monde pour générer un impact. D'après moi, la plateforme Simitless est la première plateforme qui permet à de petites entreprises et à des indépendants d'avoir accès à des logiciels de gestion sur mesure qui jusqu'à présent n'étaient accessibles qu’à des grandes entreprises capables de s'offrir les services de consultants fonctionnels sur des solutions d'entreprises gigantesques. Ouvrir le code permettrait d'atteindre plus de monde mais au coût de plus de temps passé sur la documentation du code (nécessaire pour un projet ouvert plus que pour un projet créé en solo). Le progrès sur les fonctionnalités clés serait alors grandement ralenti. (Vous avez une idée, une opinion, une contribution à faire, parlons-en !)

Des résultats

À défaut d'être gratuit, Simitless se veut abordable. Les indépendants n’utilisant le système pour de la gestion de clientèles sont facturés aux alentours de 2 à 4€HT par mois (ou entre 20 et 40€ annuels). Sachant que le logiciel leur permet de gagner plusieurs heures de travail par mois, le calcul est vite fait !

De plus grosses entreprises (5 à 10 employés) payent entre 50 et 150€HT par mois (ou entre 500 et 1500€ annuels) alors que des logiciels de gestion commerciaux facturent plus de 5000€ pour la licence logicielle et de nouveau plusieurs milliers d'euros pour la formation de toutes les équipes. La meilleure partie de notre facturation c'est surtout la flexibilité. Quiconque veut se construire une application peut se la créer sur la plateforme à partir de modèles existants et peut essayer gratuitement tous les systèmes. Seules des restrictions de volume sont en place.

Image
"no-brainer pricing", des tarifs évidents.

Ce que j'appelle "no-brainer pricing" ou, des tarifs tellement évidents qu'ils ne peuvent pas être un obstacle à l'achat sont une clé dans la réduction des risques à adopter une solution logicielle sur Simitless. L'autre élément clé de la plateforme Simitless, c'est son chemin d'intégration simplifié. Étant basé en Europe, en France, et plus particulièrement en pleine campagne, je comprends ce qu'est la tranquillité et la vie privée. C'est pourquoi Simitless n'impose pas d'ouverture de compte pour essayer la plateforme. Jouez avec quelques modèles d'applications pendant quelques jours puis créez un compte pour garder vos applications quand vous êtes convaincus.

Un des buts du projet étant d'assurer un impact sociétal positif, Simitless offre aux petites entreprises et indépendants une accessibilité construite avec soin. En ligne de mire se trouve bien sûr l'amélioration des outils de travail et de collaboration, pour les petites entreprises mais aussi pour un public plus général.

Dans le futur, je souhaite développer Simitless pour que la plateforme ait une meilleure disponibilité, une accessibilité accrue, une documentation à toute épreuve, des guides pour développer l'autonomie d'une majorité de personnes, des modèles d'application complets pour un démarrage plus rapide et bien sûr, un réseau d'humains pour aider les utilisateurs à mettre en place leurs applications.

Image
Je vous attends de pied ferme, pour vous aider !